forain


forain

forain, aine [ fɔrɛ̃, ɛn ] adj. et n.
• v. 1170 « étranger »; sens mod. d'apr. marchand forain; bas lat. foranus « étranger », de foris « dehors »
1Vx Qui vient du dehors.
Mar. Rade foraine, ouverte aux vents et aux vagues du large. Mouillage forain, non protégé. — Dr. Audience foraine, tenue par un juge en dehors du siège de sa juridiction. Saisie foraine.
2(1549 marchand forain « ambulant », avec infl. de foire ) Qui exerce son activité, qui a lieu dans les foires. Marchand ou commerçant forain, qui, sans magasin, s'installe sur les marchés et les foires. — N. Des forains.
Fête foraine : ensemble de baraques, attractions et manèges installés à l'occasion d'une foire. ⇒ 1. foire. Baraque foraine. Tir forain. « Paris transformé le soir, avec les annonces lumineuses, en véritable fête foraine » (Léautaud).
N. Personne itinérante qui organise des distractions foraines (théâtre, cirque, attractions diverses). « deux sœurs siamoises que deux forains de Limoges se disputaient » (Giraudoux).

forain nom masculin Artiste, animateur de spectacles ambulants exerçant son activité dans les foires et les fêtes foraines. Marchand, commerçant forain. ● forain, foraine adjectif (latin populaire foranus, étranger, du latin classique foris, dehors) Audience foraine, audience tenue par le juge d'instance hors du chef-lieu de la circonscription du tribunal. Rade foraine, rade ouverte aux vents et aux lames du large, et présentant peu de sécurité. Traite foraine ou foraine (nom féminin), autrefois, taxe et péage sur les marchandises entrant en France ou en sortant. ● forain, foraine (expressions) adjectif (latin populaire foranus, étranger, du latin classique foris, dehors) Audience foraine, audience tenue par le juge d'instance hors du chef-lieu de la circonscription du tribunal. Rade foraine, rade ouverte aux vents et aux lames du large, et présentant peu de sécurité. Traite foraine ou foraine (nom féminin), autrefois, taxe et péage sur les marchandises entrant en France ou en sortant. ● forain, foraine adjectif (de forain, avec l'influence de foire) Relatif aux foires, aux marchés : Boutique foraine.forain, foraine (expressions) adjectif (de forain, avec l'influence de foire) Vieux. Acteur forain, acteur d'un théâtre de foire ; bateleur. Fête foraine, fête publique organisée par des forains. Marchand forain, marchand sans domicile ni résidence fixes, qui va dans les villes et les villages, les jours de marché, de foire ou de fête locale. Théâtre forain, théâtre dressé dans une foire, théâtre ambulant.

Forain, aine
adj. et n.
d1./d Marchand forain, qui parcourt les foires, les marchés.
|| Subst. Les forains.
d2./d Relatif aux foires, aux forains. Fête foraine.
————————
Forain
(Jean-Louis) (1852 - 1931) peintre, dessinateur et graveur français; chroniqueur satirique de la vie parisienne.

I.
⇒FORAIN1, AINE, adj.
A.— [En parlant d'un inanimé concr. ou abstr.] Qui est (ou va) à l'extérieur, ou vient de l'extérieur; p. ext. qui est à l'écart. La croix foraine qui était plantée au carrefour des deux routes (CLAUDEL, Otage, 1911, I, 1, p. 229). Le couloir forain de l'hôtel du « Belvédère » (PEYRÉ, Matterhorn, 1939, p. 263).
Spécialement
1. BOUCH. Viandes foraines. Viandes provenant des abattoirs d'une commune autre que celle où on les commercialise. Ces viandes (...) consommées à la campagne, entrent en ville sous le nom de viandes foraines (MACAIGNE, Précis hyg., 1911, p. 226).
2. DROIT
a) Traite foraine (vx). Taxe sur les marchandises entrant et sortant d'un territoire. ,,Traites foraines. Il y a presque autant de taxes pour les acquits qu'il y a de buralistes`` (Doc. hist. contemp., 1789, p. 35).
b) Saisie foraine. Saisie des effets mobiliers d'un débiteur de passage, étranger à la commune. (Dict. XIXe et XXe s.).
3. MAR. Rade foraine. Rade ouverte, non protégée des vents du large. Une rade foraine, largement ouverte, que dessinait le littoral inférieur de cette terre si étrangement découpée (VERNE, Île myst., 1874, p. 95) :
Il est unanimement reconnu qu'un navire mouillé dans une rade foraine à peu de distance de terre, ne se trouve pas fort à l'aise quand arrive une tempête. Comment le secourir dans sa détresse?
REYBAUD, J. Paturot, 1842, p. 269.
B.— [En parlant d'une pers.] Qui est étrangère au pays.
1. DR. Vieilli. Propriétaire forain. ,,Propriétaire qui n'a pas son domicile dans le lieu où ses biens sont situés et où il est porté au rôle des contributions`` (Ac. 1835; dict. XIXe et XXe s.).
2. DR. CANON. Vicaire forain. Prêtre préposé par l'évêque à la charge d'un district comprenant plusieurs paroisses (ds MARCEL 1938, Théol. cath. Tables. gén. t. 1, 1951; BESCH. 1845, QUILLET 1965).
Prononc. et Orth. :[], fém. [-]. Ds Ac. dep. 1694. Étymol. et Hist. Ca 1155 de forain adj. deforain « qui est dehors, à l'extérieur » (WACE, Brut, éd. I. Arnold, 9760, cf. note de F. Lecoy, ds Romania t. 86, p. 121, n° 3); 1. ca 1165 adj. « extérieur, situé en dehors » (B. DE STE-MAURE, Troie, 8091 ds T.-L.); 2. a) ca 1170 adj. « étranger » (Rois, I, XXIX, 2, éd. E. R. Curtius, p. 57); d'où b) 1174-76 au fig. semblanz forains (G. DE PONT-STE-MAXENCE, St Thomas, 297 ds T.-L.); c) ca 1179 subst. « étranger » (Renart, éd. E. Martin, I, 392); 3. 1400-17 spéc. marchans forains « marchands étrangers, marchands venant d'ailleurs » (NICOLAS DE BAYE, Journal, éd. Tuetey, I, 336); d'où, p. étymol. pop. à partir du mot foire (cf. Encyclop. t. 7, p. 1757 : Les marchands forains sont ceux qui fréquentent les foires); 4. 1738 subst. « bateleur, amuseur (sur les foires) » (A. PIRON, Métromanie, III, 7 ds LITTRÉ) et 5. 1836 adj. « de foire » théâtres forains (QUINET, All. Ital., p. 154). D'un lat. vulg. foranus, dér. de foris « dehors », et attesté d'abord en lat. tardif au sens de « qui dépasse à l'extérieur, du côté extérieur (en parlant des pierres d'un mur) » (Ve-VIe s., TLL s.v. 1034, 66). Évincé de la lang. gén. dans son sens premier par étrange et étranger, le mot a été rapproché de la famille de foire (cf. supra 3).
II.
⇒FORAIN2, AINE, adj.
[Correspond aux emplois de foire1 A] Relatif aux foires; qui exerce son activité sur les foires.
A.— [En relation avec foire1 A 1 et 2]
1. [En parlant d'une pers., spéc. dans le syntagme marchand forain] Qui vend sur les foires, les marchés. Sa forte voix de marchand forain (ALAIN-FOURNIER, Meaulnes, 1913, p. 233) :
1. Aux deux bords, les marchands forains venaient d'installer leurs étalages, des planches posées sur de hauts paniers, et le déluge de choux, de carottes, de navets, recommençait. Les halles débordaient.
ZOLA, Ventre Paris, 1873, p. 630.
Emploi subst. Synon. de camelot. Tu pourrais vendre des jarretelles sur les foires. Forain, c'est un métier libéral, aéré (AUDIBERTI, Femmes Bœuf, 1948, p. 128).
2. [En parlant d'un inanimé concr. ou abstr.]
a) Qui se vend, se trouve sur les foires, les marchés. Théâtre forain. Des verreries foraines, des vaisselles d'héritage (MIRBEAU, Journal femme ch., 1900, p. 308). La fête marchande qui se disperse en petits étalages forains (ARNOUX, Paris, 1939, p. 169).
b) Qui est relatif ou, p. ext., qui s'apparente à la vie, à l'animation des jours de foire. Vie foraine. Ton d'un boniment forain (ALAIN-FOURNIER, Meaulnes, 1913 p. 81). Son éloquence foraine et (...) son habileté à duper et capter les foules (L. DAUDET, Sylla, 1922, p. 118).
B.— [En relation avec foire1 A 3]
1. [En parlant d'une pers.] Qui tient un stand ou se produit dans une foire attractive. Le saltimbanque, l'hercule forain habitué à avaler des lames de sabre (PONSON DU TERR., Rocambole, t. 1, 1859, p. 180).
Emploi subst. Elle avait l'air d'une foraine, l'apparence d'une saltimbanque de foire (HUYSMANS, À rebours, 1884, p. 127) :
2. Sur la place à côté de la maison, des forains étaient installés, des tirs crépitaient, des chevaux de bois à vapeur mugissaient, des orgues de Barbarie braillaient de midi à minuit.
ROLLAND, J.-Chr., Antoinette, 1908, p. 901.
2. [En parlant d'un inanimé concr. ou abstr.]
a) Fête foraine. Manifestation attractive se déroulant à l'origine conjointement à une foire commerciale. Aux abords d'une fête foraine, l'orchestre des chevaux de bois accompagnait leurs paroles (FRANCE, Révolte anges, 1914, p. 141).
b) Que l'on trouve généralement sur les champs de foire. Attraction, baraque foraine; bal, cirque, manège forain. Elle fut jetée au sommet de sa souffrance comme l'œuf au sommet du jet d'eau dans le tir forain (MONTHERL., Songe, 1922, p. 94).
c) Qui est relatif ou, p. ext., s'apparente à une atmosphère de fête et de réjouissances. Un flot humain recueilli, n'ayant plus la badauderie foraine de la journée (ZOLA, Lourdes, 1894, p. 282).
Prononc. et Orth. Cf. forain1. Étymol. et Hist. Cf. forain1.
STAT. — Forain1 et 2. Fréq. abs. littér. :151.
BBG. — KÖRNER (K.-H.). Kommunikations-linguistische Betrachtungen zum Erweb des französischen Wortschatzes. Rom. Jahrb. 1972[1973], t. 23, p. 31. — LECOY (F.). Meain et forain ds le Rom. de Brut. Romania. 1965, t. 86, pp. 118-122. — WHITTON (D.F.). Cities and Citizens in English and French usage. In : [Mél. Ewert (A.)]. Oxford, 1961, pp. 238-239.

forain, aine [fɔʀɛ̃, ɛn] adj. et n.
ÉTYM. V. 1170, « étranger »; sens mod. « de foire », d'après marchand forain (→ ci-dessous, cit. 1); du bas lat. foranus « étranger », de foris « dehors », avec attr. possible de foire.
———
I Vx (sauf dans des expr.). Qui est du dehors, qui n'est pas du lieu.
1 (Choses). a Mar. || Rade foraine, ouverte aux vents et aux vagues du large. || Mouillage forain, qui n'est pas protégé.
0.1 Cette queue du littoral formait une véritable presqu'île qui s'allongeait de plus de trente milles en mer, à compter du cap sud-est de l'île, déjà mentionné, et elle s'arrondissait en décrivant une rade foraine, largement ouverte, que dessinait le littoral inférieur de cette terre si étrangement découpée.
J. Verne, l'île mystérieuse, t. I, p. 135-136.
b Bouch. || Viandes foraines, ne provenant pas de l'abattoir de la commune.
c Dr. || Audience, saisie foraine.
2 (Personnes). a Dr. (vieilli). || Propriétaire forain, qui ne réside pas au lieu où ses biens sont situés et où il est imposé.
1 Il se dit particulièrement d'un marchand, non seulement de celui qui est d'un autre royaume, mais de tout autre qui n'est pas du lieu où il vient faire trafic. Ce mot vient de forts ou de forum, qui vient du dehors, ou qui fréquente les foires.
Furetière, Dict., art. Forain.
2 On appelle marchand forain un marchand étranger qui n'est pas du lieu où il vient faire son négoce. Marchand forain signifie aussi un marchand qui ne fréquente que les foires (…)
Encycl. (Diderot), art. Forain.
b Marchand forain (→ ci-dessous, II.).
———
II Mod. (1549, par attr. de foire).
1 Adj. Qui exerce son activité, qui a lieu dans les foires. || Marchand, commerçant forain : marchand sans magasin, qui installe son étal sur les marchés et les foires. || Marchand forain dressant son étalage sur la voie publique. Camelot, étalagiste.Admin. || Industriel, entrepreneur forain (→ Dernier, cit. 6.1). || Baraque foraine. Loge. || Hercule (→ Exhibition, cit. 3), homme orchestre, bateleur forain.
3 (…) une grande affiche jaune, probablement du spectacle forain de quelque kermesse, volait au vent.
Hugo, les Misérables, II, I, 1.
4 Comme Lise et Françoise, après avoir tourné par la rue du Temple, longeaient l'église Saint-Georges, contre laquelle s'installaient les marchands forains, de la mercerie et de la quincaillerie, des déballages d'étoffes, elles eurent une exclamation.
Zola, la Terre, II, VI.
Loc. cour. Fête foraine : fête, ensemble de manifestations groupant des marchands et des entrepreneurs forains.
5 Paris transformé le soir, avec les annonces lumineuses, en véritable fête foraine.
Paul Léautaud, Propos d'un jour, p. 69.
2 N. m. Personne « qui organise les distractions et les satisfactions du public dans les foires, kermesses et les fêtes foraines à l'exception des spectacles forains (théâtres, music-halls, cirques, panoramas, musées) » (Dalloz). || Les roulottes, les manèges des forains sont arrivés. (Syn. admin. : industriel forain, entrepreneur forain). || Des saltimbanques et des forains. → Les gens du voyage.
3 Adj. Techn. || Usine foraine, atelier forain : usine ou atelier de préfabrication installé sur le chantier.

Encyclopédie Universelle. 2012.